Les gros fumeurs perdent 2 à 3 fois plus de dents

Les gros fumeurs perdent 2 à 3 fois plus de dents

Les adeptes de la cigarette perdent plus vite leurs dents car le tabac affaiblit les tissus qui les maintiennent dans leur alvéole.

Du tabac, on connaît l'effet jaunissant sur le sourire, l'un des premiers signes extérieurs de l'addiction nicotinique. Mais l'on pense moins souvent à son impact sur la longévité des dents, très exposées puisqu'elles sont en contact direct avec chaque cigarette. Or fumer a des conséquences connues et désormais très concrètement chiffrées sur la santé bucco-dentaire: en moyenne, les grands fumeurs (quinze cigarettes ou plus par jour) ont deux à trois fois plus de risques de perdre des dents par rapport à un non-fumeur, estime une étude européenne parue dans leJournal of Dental Research.

Cette évaluation repose sur l'analyse des données médicales de plus de 23.000 Allemands âgés de 20 à 70 ans, suivis pendant huit ans. Les conclusions sont sans appel: avant 50 ans, un homme n'ayant jamais fumé conserve en moyenne 28 «vraies» dents (un adulte en présente normalement 32), contre 25 pour un gros fumeur. Au-delà de 60 ans, la différence est encore plus marquée, avec 22 dents pour les non-fumeurs contre seulement 7 chez les gros fumeurs.

Chez les femmes, l'écart est un peu plus réduit: 27 contre 25 avant 50 ans, et 18 contre 11 après 60 ans. Une fois ces données pondérées par d'autres facteurs pouvant jouer sur la santé dentaire, le risque d'un gros fumeur de perdre des dents est multiplié par 3,6 par rapport à un non-fumeur et par 2,5 pour une fumeuse.

Cancers de la bouche

«Nous n'avons pas pu évaluer précisément le risque pour les plus petits fumeurs mais notre étude montre un rapport dose-effet très net. Si bien qu'une personne fumant “seulement” 5 cigarettes par jour souffrira aussi de détériorations, même si elles seront moins importantes», explique le Pr Thomas Dietrich (Birmingham University, Royaume-Uni), qui a conduit les recherches.

Pour le Dr Christophe Lequart, porte-parole de l'Union française pour la santé bucco-dentaire, ces résultats sont «tout à fait logiques». «Le tabac a des conséquences très importantes sur la santé parodontale, rappelle-t-il. Par la chaleur et les particules qu'elle dégage, la cigarette agresse physiquement et chimiquement les gencives, créant de l'inflammation. Cela réduit la vascularisation du tissu gingival et le rend plus vulnérable aux attaques des bactéries présentes dans le tartre et la plaque dentaire. Il peut en découler une parodontite, c'est-à-dire la destruction de l'os qui entoure la racine de la dent et des ligaments qui la maintiennent dans son alvéole. Sans intervention, il s'ensuit un déchaussement et la chute de la dent. Des interventions chirurgicales sont possibles pour stopper la progression de cette maladie mais il faut impérativement que le patient arrête de fumer, au moins temporairement, pour permettre la cicatrisation.»

Le Dr Lequart rappelle en outre que le tabac est la cause de nombreux cancers de la bouche. L'apparition de plaques blanches (lésions kératosiques), de boules dures (indurations), de lésions en creux (ulcération) ou au contraire bombées (tuméfaction) sur la langue, l'intérieur des joues ou les gencives doit être surveillée avec attention.

Consulter le site sur lefigaro.fr

Le site du cabinet dentaire a été réalisé par Webdentiste.fr